Une organisation féminine déplore le rejet du projet d’une retenue d’eau à Tafiré

Niakaramadougou, 8 jan (AIP)- L’organisation féminine Woklotchélè déplore le rejet du projet de construction d’une retenue d’eau à Tafiré, département de Niakaramadougou, au profit des femmes opérant dans le domaine des cultures maraichères et céréalières pour des raisons financières.

Lors du dernier Conseil municipal de 2015 tenu le 28 décembre, le maire de la commune, Coulibaly Sounkalo, a annoncé l’abandon ou le retrait de plusieurs projets en raison d’une insuffisance des fonds alloués aux investissements pour certains et la non-conformité avec les attributions des collectivités décentralisées pour d’autres, a-t-on appris.

Selon la présidente Sara Bamba, ce projet qui s’inscrit dans le programme triennal 2016-2018 de la commune de Tafiré, permettra à plus de 2000 femmes de sortir de la pauvreté et d’assoir leur autonomie. “Aujourd’hui, pour des raisons financières, ce projet qui avait suscité tant d’espoir et de soulagement, eu égard au problème d’eau dans la localité, a été retiré, occasionnant amertume et découragement chez nos membres”, a-t-elle déclaré, appelant à l’aide aux institutions financières internationales, singulièrement à la Banque mondiale, pour la mise en œuvre de ce projet “capital et salutaire” pour l’agriculture.

L’association Woklotchélè a été créée en 2012 et comprend quelque 2700 membres issues de plusieurs comités de développement communautaire (CDC) de la ville de Tafiré et des villages de la sous-préfecture.

(AIP)

Jdm/tad/akn/kp