Sida : une intensification de la sensibilisation préconisée pour freiner la transmission mère-enfant à San Pedro

les autorités et participants

perticipent

San Pedro, 28 déc (AIP) – Au regard du taux de prévalence du VIH/Sida de 4,5%, dans le département de San Pedro, supérieur au taux national de 2,7%,  les autorités préfectorales, celles de la santé et les ONG dont APROSAM ont décidé d’intensifier les campagnes de prévention contre le VIH/Sida à différents niveau, afin de stopper la transmission mère-enfant du VIH dans le district sanitaire de San Pedro.

Ces résolutions ont été prises mercredi par la préfecture de région, les Directions régionale et départementale de santé et de lutte contre le Sida de San Pedro et l’ONG APROSAM, à l’occasion de la célébration locale de la 28ème journée mondiale de lutte contre le Sida,  financée par l’Union européenne,  avec pour thème “Zéro nouvelle transmission mère-enfant”.

Selon le Directeur régional de la santé et de lutte contre le Sida, Dr Yao Bi Gala, le constat est que de nombreuses femmes ne connaissent pas tôt leur état sérologique, car elles continuent d’arriver tardivement en consultation prénatale ou ne s’y rendent pas du tout, se privant ainsi des activités de Prévention de la transmission de la mère à l’enfant (PTME).

“Ces actions doivent nécessairement faire l’objet d’une campagne de sensibilisation accélérée au sein de nos populations, conduisant à la prise de conscience et à la responsabilisation de tous”, tant des populations que des collectivités locales, afin que chacun contribue à éviter de nouvelles infections de la mère à l’enfant, a déclaré le préfet de région, Ousmane Coulibaly, dans un message lu par son représentant.

Selon un rapport de l’ONUSIDA cette année, au plan national, le taux de prévalence du VIH/Sida en Côte d’Ivoire est passé de 3,7% en 2012 à 2,7%. Et l’estimation du nombre de personnes vivant avec le VIH/Sida en 2014 en Côte d’Ivoire est de 460 000 personnes dont 260 000 femmes. Dans le département San Pedro,précise-t-on, 13 600 personnes vivent avec le VIH, dont 580 enfants.

(AIP)

jmk/kam