Sénégal : Le gouvernement évalue les réserves de gaz de Guembeul à 450 milliards de mètres cubes

Des membres du gouvernement sénégalais

Dakar (Sénégal), 28 jan (APS/AIP) – Les réserves de gaz naturel découvertes à Gueumbeul (nord du Sénégal) sont estimées à 450 milliards de mètres cubes, a précisé mercredi le gouvernement sénégalais, en parlant du “plus important gisement” en Afrique de l’Ouest.

La société américaine Kosmos Energy, spécialisée dans les hydrocarbures, et la Société des pétroles du Sénégal (Petrosen) ont annoncé le même jour avoir découvert un important gisement de gaz naturel, au “puits d’exploration Guembeul 1”, situé dans le nord du Sénégal.

Le communiqué du conseil des ministres tenu mercredi affirme que le président Macky Sall “s’est réjoui de la découverte, par Petrosen et Kosmos Energy, d’un important gisement de gaz naturel au puits Guembeul 1”.

“Après celle de Cairn Energy, au large de Sangomar, cette deuxième découverte significative est le plus important gisement en Afrique de l’Ouest, car étant constitué d’une large structure répartie de part et d’autre de la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie, avec des réserves estimées à 450 milliards de mètres cubes”, a déclaré le chef de l’Etat.

Selon le président Sall, cité dans le communiqué, ces découvertes confirment “le potentiel du bassin sédimentaire du Sénégal” et “contribuent au renforcement du renouveau industriel engagé par le gouvernement à travers le Plan Sénégal émergent (PSE)”.

Il a demandé au Premier ministre Mahammed Dionne de “prendre toutes les dispositions pour la mise en place d’un environnement propice à l’exploitation, la valorisation et l’optimisation des impacts socio-économiques de ces gisements de gaz et pétrole, en termes de création d’emplois, de mise en place d’infrastructures et de développement de compétences”.

Kosmos Energy détient une participation de 60 % du “puits Guembeul-1”, aux côtés de Timis Corporation Limited (30 %) et de Petrosen (10 %).

Au Sénégal, le groupe américain détient également des “permis” l’autorisant à intervenir à Cayar (ouest) et à Saint-Louis.

Kosmos Energy a signé début janvier un “protocole d’entente” avec Petrosen et la Société mauritanienne des hydrocarbures et du patrimoine minier, les compagnies nationales des hydrocarbures du Sénégal et de la Mauritanie.

La signature de ce protocole fixe ainsi les principes d’une coopération intergouvernementale pour le développement du complexe GreaterTortue, qui couvre 1.200 kilomètres carrés, près de la frontière sénégalo-mauritanienne.

(APS/AIP)

cmas