Quatre chefs de village de la tribu Parwala intronisés à Ferkessédougou

Des chefs de village (photo d'archives)

Ferkessédougou, 18 jan (AIP)- Quatre chefs de village Niarafolo de la tribu Parwala ont été intronisés samedi, après avoir reçu du sous-préfet de Ferkessédougou, Kouadio Séraphin, leurs arrêtés de nomination, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée en présence des élus et cadres de cette tribu.

Les différents arrêtés de nomination ont été remis à Yéo Adama, chef du village de Parwalakaha, Yéo Sidjilguéféhé du village Koussorokaha, Yéo Ouateya, chef du village de  Worossontiakaha et Yéo Melarga, chef de Pogonissonkaha.

Pour M. Ouattara Toh Marc, fils de la tribu Parwala, représentant le président de l’Assemblée nationale, cette cérémonie de nomination et d’intronisation est chargée de symboles, parce qu’au delà de l’installation officielle des chefs, elle représente une occasion pour les populations de ces quatre villages de se retrouver pour raffermir les liens de fraternité, de solidarité et réaffirmer leur vision partagée du développement.

Il a, par ailleurs, exprimé la reconnaissance des chefs traditionnels Niarafolo au président de la République, Alassane Ouattara, pour  la loi N° 2014-428 du 14 juillet portant statut des rois et chefs traditionnels qu’il a prise. “Cette loi encadre  l’action de ceux-ci et correspond aux besoins d’une chefferie que nous voulons moderne”, a-t-il fait savoir.

Le préfet de la région du Tchologo et du département de Ferkessédougou, Diakité Soualoho, a donné les conseils d’usage  aux gardiens de la tradition en exhortant les populations à les soutenir dans leurs missions. “La chefferie traditionnelle est une institution fondamentale dans l’équilibre social. Elle est à la fois le gardien du temple de nos valeurs ancestrales, et en sa qualité de relais de la puissance publique, un levier du développement. Les chefs traditionnels demeurent aujourd’hui des collaborateurs avisés et indispensables des pouvoirs publics (…)”, a-t-il déclaré.

(AIP)

ti/tad/kp