Projet AHC-STAFF : Les experts nationaux d’Afrique de l’Ouest et du Centre mettent en commun leurs expertises

Atelier d'harmonisation des études du projet AHC-STAFF

Abidjan, 25 jan (AIP) – Un atelier régional d’harmonisation des méthodologies de conduite des études du projet AHC-STAFF en Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC) se déroule de lundi à mardi à Abidjan, à l’intention d’une trentaine d’experts en charge de ce projet qui vise le renforcement des capacités pour une transformation de l’agriculture et une croissance agricole durable en Afrique.

Les participants sont des coordinateurs et consultants nationaux issus de six pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre en charge du projet AHC-STAFF (Cadre pour le développement du capital humain en Sciences, Technologies et Entrepreneuriat agricole pour l’atteinte de la sécurité alimentaire) ainsi que de représentants du CORAF/WECARD (Conseil Ouest et Centre africain pour la recherche et le développement agricoles), structure initiatrice de l’atelier.

L’objectif de l’atelier est d’harmoniser les méthodologies des études de terrain et les canevas de rédaction des rapports à rendre par les consultants nationaux dans le cadre de la mise en œuvre du projet AHC-STAFF en AOC.

Pour cette étude, la Côte d’Ivoire a identifié trois consultants de haute qualité, a indiqué M. Brédoumy Kouassi Soumaïla, qui procédait à l’ouverture officielle de l’atelier au nom du ministre de l’Agriculture et du Développement rural.

Pour l’émissaire du ministre Mamadou Sangafowa Coulibaly, il serait donc opportun que les experts des pays concernés par le projet (Burkina Faso, Gambie, Sénégal, Sierra Leone, Togo, Côte d’Ivoire) harmonisent leurs méthodologies pour que l’interprétation des politiques soit la plus cohérente possible, et capitalisent les acquis des pays africains.

M. Brédoumy a insisté sur l’importance de ressources humaines qualifiées dans la réalisation du plan de développement ciblé dans lequel s’inscrit cet atelier, à savoir le Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine (PDDA).

Auparavant, le directeur général du Centre national de recherche agronomique (CNRA), Dr Yté Wongbé, a noté que la tenue de l’atelier participe de la réalisation des objectifs stratégiques de développement agricole assignés aux Programmes nationaux d’investissement agricole et du Programme régional d’investissement agricole résultant de l’adoption de ladite politique régionale.

Dr Yté a fait observer aux coordinateurs nationaux en charge du Projet AHC-STAFF que leur part de responsabilité est grande par rapport à l’identification et au développement des capacités nécessaires à la transformation de l’agriculture en Afrique de l’Ouest; par rapport à l’accroissement agricole durable dans les pays respectifs; et par rapport à la sécurité alimentaire et à la création de richesses pour les 320 millions d’habitants de la CEDEAO aujourd’hui et les 500 millions d’habitants de demain en 2030.

Quant à Prof. Abdourahamane Sangaré, représentant du CORAF/WECARD, il a justifié l’organisation de cet atelier par la nécessité de confronter les intelligences face aux nouvelles données qui existent dans l’agriculture d’aujourd’hui. « Il y a beaucoup d’études à mener et il y a un minimum d’harmonisation à faire pour produire des documents fiables… », a-t-il indiqué.

Cet atelier est organisé en collaboration avec le Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA), l’Union européenne, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, et le CNRA.

(AIP)

cmas