Procès de l’assassinat du général Robert Guei : quatre prévenus dégagent leur responsabilité

Une vue du tribunal militaire à l'Etat-major à Abidjan

Abidjan, 26 jan (AIP) – Quatre prévenus, tous poursuivis pour complicité d’assassinat du général Robert Guei, de sa femme, des membres de sa famille et de sa garde rapprochée, et qui ont comparu ce mardi, ont dégagé leur responsabilité dans ce crime de l’ex-chef de la junte militaire, à l’audience du tribunal militaire présidée par le juge Dembélé Tahirou à Abidjan.

Le capitaine Gueu Flan Pierre, le sergent-chef Lath Latro Paul, le sergent-chef Gbeli Ory Guy Claver et le sergent-chef Koné Kinalaya ont dégagé leur responsabilité dans ce crime commis le 19 septembre 2002 à la faveur du coup d’Etat manqué. “Je n’ai pas participé ni de près ni de loin dans la mort du général Robert Guéi ni des membres de sa famille”, a dit Lath Latro Paul, affirmant n’avoir pas pénétré dans la Cathédrale en compagnie du commandant de corps Dogbo Blé Bruno, car sa mission qui était d’abattre avec un lance-roquettes tous les véhicules ennemis ne lui permettaient pas d’être à l’intérieur avec les chefs.

Pour sa part, le sergent-chef Gbeli Ory Guy Claver dont le rôle était de ravitailler en aliment les éléments du “piquet”, ou en mission, n’a pas pu donner l’identité des éléments à qui il la ration de ce jour à la Cathédrale Saint Paul. “On m’a dit de me débrouiller pour aller donner les sept pains et demi à la cathédrale. Je me suis arrêté à l’arrêt de bus en face. Quand j’ai entendu des tirs, j’ai fui laissant le pain derrière moi”, s’est-il dédouané.

Lundi, l’adjudant Kouadio Kouadio dit Gino, premier prévenu à être appelé à la barre dans cette affaire de l’assassinat du général Robert Guéi, après le rejet des exceptions et l’ordre de la reprise des débats par le président du tribunal militaire, Tahirou Dembélé, a chargé dans sa déposition le capitaine Séka Séka, ex-chef de la sécurité de l’ex-Première dame Simone Gbagbo, l’accusant d’être l’auteur de l’assassinat de l’ancien président de la transition militaire en Côte d’Ivoire (1999-2000) et son épouse Rose Doudou Guéi. Les débats se poursuivent mercredi avec la comparution d’autres prévenus.
(AIP)
ik/cmas