Plus de 138 millions FCFA pour renforcer le système sanitaire des régions sanitaires du Tonkpi et du Cavally-Guémon

Man, 17 déc (AIP) – Plus de 138 millions FCFA ont été investis de 2014 à 2015 pour renforcer les capacités de cinq structures sanitaires des régions du Tonkpi et du Cavally-Guémon dans le cadre du projet de renforcement du système de santé (PRSS) dont l’objectif est d’améliorer la qualité et l’accessibilité des populations aux soins de santé.

Les cérémonies de remise symbolique des clés des structures de santé réhabilitées par le projet se sont déroulées du 10 au 15 décembre en présence des autorités administratives et sanitaires qui ont , dans leurs allocutions, invité les populations bénéficiaires à fréquenter les formations sanitaires et à en prendre soin, selon une note de presse de l’ONG International Rescue Committee (IRC) en charge de la mise en œuvre de ce projet.

Il s’est agit du centre de santé urbain de Sémien dans le District sanitaire de Kouibly (37 710 320 FCFA), des dispensaires de Zonneu (26 585 175 FCFA) et de Gbeunta (26 064 825 FCFA) dans le District sanitaire de Danané et les dispensaires de Glèpleu (22 806 625 FCFA) et de Biantouo 2 (24 876 275 FCFA) dans le District sanitaire de Zouan-Hounien.

La réhabilitation des formations sanitaires ont pris en compte les locaux des dispensaires et maternités, les logements du personnel de santé, la réalisation de cinq forages d’eau, de latrines dans trois centres de santé et la réhabilitation de latrines dans deux autres structures.

Le projet PRSS a permis la construction de cinq unités de gestion des déchets médicaux avec clôture et l’équipement de trois centres de santé (Gbeunta, Zonneu et Biantouo 2) en énergie solaire. Les infrastructures réhabilitées ont également été équipées en matériel biomédical et en mobilier et bénéficié de numéraires pour le fonctionnement et les éventuelles évacuations de femmes enceintes et enfants de moins de cinq ans.

Le projet PRSS est financé par le contrat de désendettement et développement (C2D) et la Commission européenne chargée des affaires humanitaires (ECHO). Exécuté par l’ONG IRC sur trois ans, ce projet  vise à améliorer la qualité et l’accessibilité des services de santé aux populations, particulièrement aux femmes enceintes et aux enfants de moins de cinq ans, par le renforcement des capacités des directions départementales et régionales de santé, rappelle-t-on.

(AIP)

gem/akn/ask