Ouattara appelle à une intégration des plans nationaux d’action du MAEP dans les programmes de développement

Abidjan, 29 jan (AIP)- Le président Alassane Ouattara a appelé, vendredi, à Addis Abeba (Ethiopie) à une intégration des plans nationaux d’action du Mécanisme africain d’évaluation par les pays pairs (MAEP) dans les programmes de développement des Etats membres en vue de la transformation et du développement de l’Afrique.

« Concernant le MAEP, l’observation empirique de même que les études scientifiques montrent clairement l’existence d’un lien direct entre la mise en œuvre des réformes économiques et institutionnelles et la croissance et le développement humain. De ce fait, une intégration judicieuse et pertinente des Plans nationaux d’action du MAEP dans les Programmes nationaux de développement des Etats membres, contribuera à accélérer la transformation de l’Afrique et permettra d’atteindre les Objectifs de développement durables (ODD) ainsi que nos ambitions telles que prévues dans l’Agenda 2063 », a affirmé M. Ouattara lors du 24ème forum des Chefs d’Etat et de gouvernement du MAEP en Ethiopie.

Intervenant sur le thème relatif au rôle du MAEP dans le suivi de l’Agenda 2063 et des Objectifs de développement durable (ODD) de la période après 2015, le président Alassane Ouattara a partagé avec ses homologues les reformes importantes entreprises par la Côte d’Ivoire depuis 2012 en matière de gouvernance économique et institutionnelle.

«Ces mesures ont permis à mon pays d’être cité parmi les 10 premiers pays réformateurs au monde, dans les éditions 2014 et 2015 du rapport Doing business de la Banque mondiale. Ces réformes ont également permis à la Cote d’ivoire d’enregistrer un taux de croissance moyen annuel de 9% au cours des 4 dernières années et d’être admis en fin 2015 au programme Compact du Millenium challenge corporation (MCC) », a-t-il relevé.

M. Ouattara a rappelé que ces résultats positifs ont été atteints alors que la Côte d’Ivoire n’avait pas encore adhéré au MAEP, mais que le gouvernement ivoirien a jugé nécessaire d’approfondir ses reformes en acceptant de se soumettre depuis le 29 janvier 2015 au mécanisme d’évaluation par les pairs.

Il a souligné également que des décrets et des arrêtés ont été pris pour créer la Commission nationale du MAEP, nommer le président, les commissaires et le secrétaire national. Ainsi, cette Commission nationale a organisé du 14 au 16 janvier un séminaire de lancement du processus du MAEP. Cette rencontre a réuni les administrations publiques, le secteur privé, les membres des organisations de la société civile et les responsables du MAEP de quelques pays dans la région, pour un meilleur partage d’expérience et une plus grande appropriation nationale du mécanisme.

« Je suis convaincu que la Côte d’ivoire tirera profit du MAEP et pourra ainsi continuer sa marche vers l’atteinte des ODD et des objectifs inscrits dans l’Agenda 2063 » , a-t-il indiqué, tout en indiquant auparavant que le MAEP a été adopté en mars 2003 en vue d’améliorer l’efficacité de l’action gouvernementale des Etats membres à travers le renforcement de la bonne gouvernance et de la démocratie.

(AIP)

amak/cmas