MAEP : la Côte d’Ivoire s’engage dans le processus de la bonne gouvernance en Afrique

Séminaire sur le MAEP

Abidjan, 15 jan (AIP)-La Côte d’Ivoire a décidé de s’engager dans le processus de la bonne gouvernance prônée par le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs(MAEP) en vue d’accélérer son développement et celui de l’Afrique, a-t-on appris jeudi, lors de l’ouverture du séminaire de lancement des activités de ladite Commission, présidée par le Premier ministre Daniel Kablan Duncan.

«  La tenue du présent séminaire est donc d’un intérêt particulier pour le gouvernement ivoirien, car il s’inscrit indéniablement dans la dynamique de reprise économique de notre pays et  la manifestation de l’engagement du président de la République, Alassane Ouattara pris devant ses pairs de participer au processus de bonne gouvernance au niveau continental», a expliqué le chef de gouvernement devant plusieurs personnalités nationales et experts étrangers, lors de ce séminaire de trois jours qui prend fin samedi.

« Il est important d’avoir un système d’évaluation et même d’autoévaluation car cela renforce les échanges entre les pays africains. C’est un lieu d’échanges d’expériences et également de dialogue entre les pays africains. Si nous voulons nous hisser au niveau des enjeux de ce monde, nous avons besoin d’un instrument aussi innovant et ambitieux que le MAEP », a ajouté, pour sa part, le ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur, Ally Coulibaly, point focal du MAEP, soulignant au passage que la Côte d’Ivoire a adhéré au MAEP le 29 janvier 2015.

Cette rencontre sera ponctuée de travaux de réflexions autour de plusieurs thèmes notamment, « Cadre institutionnel du MAEP », « Démocratie et gouvernance politique » et « Gouvernance des entreprises et développement socioéconomique ».

Le MAEP a été adopté dans le cadre du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique ( NEPAD),le 03 mars 2002 à Abuja(Nigeria), par les chefs d’Etats et de gouvernement comme instrument pour la consolidation de la démocratie et de la bonne gouvernance en Afrique. Son objectif global est d’encourager l’adoption des politiques, normes et pratiques qui conduisent à une stabilité politique, à une forte croissance économique, au développement durable et à une intégration économique accélérée du continent.

(AIP)

akn/amak/tm