Du son de riz pour accroître le poids du poisson au bout de 4 mois (selon SypPiEx)

Le coordinateur du projet Systèmes Piscicoles Extensifs (SypPiEx) , le docteur Blé Célestin lors d'une interview avec l'Aip.

Daloa, 16 jan (AIP) – Le  coordinateur du projet Systèmes Piscicoles Extensifs (SypPiEx), Dr  Blé Célestin, a déclaré vendredi lors de la présentation des résultats de l’expérimentation menée auprès de certains pisciculteurs de la ville de Daloa, que l’utilisation du son de riz amélioré permet d’avoir des poissons  de 300g au bout de quatre à cinq mois.

« En utilisant le son de riz toasté et le son de riz fermenté à l’eau et avec la fiente, on peut avoir des poissons  de 300 grammes après quatre à cinq mois de production », a déclaré Dr Blé, lors de la présentation des résultats préliminaires aux pisciculteurs de l’Association Pisciculture et développement rural en Afrique tropicale humide en Côte d’Ivoire (APDRACI)  en vue d’améliorer  la productivité des étangs de poisson.

Ces travaux de recherche  ont été effectués par un étudiant en thèse dans le projet SypPiEx, Atsé Amian Francis, sur deux sites de pisciculteurs à Daloa, l’un alimenté par nappe phréatique et l’autre alimenté par la rivière.

L’aliment utilisé est le son de riz qui fut traité soit à la vapeur, soit par  son de riz toasté, et le son de riz fermenté. Les étangs nourris au  son de riz cuit à la vapeur ont  permis d’avoir  un poids moyen  est de 203 g pour un poisson. Le son de riz toasté plus du fiente de poulet a donné un poids de 269 g par poisson.  Pour le son de riz simple, le poids moyen est 143 g. Le son de riz toasté a donné un poids moyen de 354 g et le son de riz cuit a permis d’obtenir un poids moyens de 187 g par poison, a révélé l’étudiant en thèse.

Ces résultats s’inscrivent dans le cadre du projet d’intensification écologique des  systèmes piscicoles extensifs familiaux  en Afrique de l’Ouest, financé par le Coraf/Wecard. L’objectif du projet est de relever les innovations piscicoles misent en place dans différentes régions afin de palier au problème de productivité, faute d’alimentation fabriquée.

(AIP)

apk/cmas