L’INIDAF soutient la proposition des élus locaux d’inscrire le Tchologo festival au patrimoine mondial de l’UNESCO

Ferkessédougou, 03 jan (AIP)- L’ONG “Initiatives pour le développement en Afrique (INIDAF) a exprimé son soutien à la recommandation du maire de Ferkessédougou d’inscrire le  Tchologo festival au patrimoine mondial de l’UNESCO, en vue de promouvoir davantage la culture  Niarafolo.

Lors d’un entretien accordé à l’AIP, jeudi, à la place Alassane Ouattara où se déroulait ledit festival, le président de l’ONG, Lacina Yéo, a indiqué que l’inscription du Tchologo Festival au patrimoine de l’UNESCO est une contribution à la promotion de la culture Niarafolo.

“La culture est un facteur important du développement durable. Il faut la promouvoir davantage. La recommandation du maire de Ferké est à saluer, il faut même la soutenir”, a affirmé Lacina Yéo, auteur d’un document intitulé “Culture et développement durable : cas du rite initiatique Sénoufo du Tchologo”.

Selon le président de l’ONG panafricaine, la culture contribue à l’essor économique. “En inscrivant le Tchologo au patrimoine de l’UNESCO, cela permettra au monde entier de mieux connaître le festival, de drainer des touristes. Il faut donc travailler dans ce sens”, a-t-il lancé à l’endroit des autorités, estimant que “le développement est d’abord ancré dans la culture”.

Le maire de Ferké, Ouattara Alain Blidia, profitant des retrouvailles entre cadres et populations au centre polyvalent Soro Kigbafori Guillaume, a réitéré son souhait de voir le Tchologo festival inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, à “l’image  de l’Abissa de Grand Bassam”, rappelle-t-on.

L’ONG INIDAF dont le président-fondateur est le Pr Lacina Yéo est, depuis 2014, membre correspondant du projet UNESCO “Mémoire du monde” en Côte d’Ivoire, œuvre pour la promotion culturelle, l’aide sociale, l’édition et la promotion d’un partenariat mondial pour le développement de l’Afrique.

(AIP)
Ti/kp