Les organisations humanitaires veulent mobiliser 354 millions de dollars en 2016 pour l’aide au Mali

Abidjan, 3 fév (AIP) – Les organisations humanitaires au Mali cherchent à mobiliser 354 millions de dollars, soit 177 milliards de francs CFA en 2016 pour financer la mise en œuvre du troisième et dernier volet du Plan de réponse humanitaire 2014-2016 pour ce pays.

En tout, 127 projets sont prévus cette année pour aider un million de personnes, principalement dans les zones du nord et du centre du pays qui ont été touchées par le conflit, précise OCHA dans un communiqué de presse publié mardi. Les fonds requis pour le Plan de réponse humanitaire 2016 seront notamment répartis entre les secteurs de la nutrition, de la sécurité alimentaire, de la santé, de l’eau, l’hygiène et l’assainissement, de l’éducation, de la protection, de l’abri et des biens de première nécessité ainsi que les activités de relèvement économique et social, précise-t-on.

« La signature de l’accord de paix en juin 2015 entre le gouvernement et les groupes armés est un acte salutaire et porteur d’espoir. Sa mise en œuvre devrait permettre de consolider les avancées réalisées à ce jour en matière de reprise des services sociaux de base, de reconstruction et de relance économique », souligne la Coordonnatrice Humanitaire au Mali, Mbaranga Gasarabwe. « En attendant que les efforts des acteurs de développement portent leurs fruits, il est impératif de continuer à secourir les centaines de milliers de personnes qui peinent à subvenir à leurs besoins essentiels et de les aider à recouvrer leurs moyens de subsistance ».

On estime que l’insécurité alimentaire, la malnutrition ainsi que les conséquences des violences qui ont touché le nord et le centre du pays affecteront plus de 2,5 millions de Maliens en 2016. En appui au gouvernement, le plan de réponse commun des agences onusiennes et des ONG humanitaires couvre une partie de ces besoins, en renforçant l’accès des personnes les plus vulnérables aux services sociaux de base et en améliorant leurs moyens de subsistance et capacité de résilience. Des activités de prévention, réduction des risques et préparation aux urgences sont aussi prévues.

(AIP)

akn/kam