Les nouvelles entrées au Gouvernement ivoirien

Poignées de main entre le Président Ouattara et le Premier ministre Kablan Duncan

Abidjan, 12 jan (AIP) – Le ministre d’Etat, secrétaire général de la Présidence de la République, Amadou Gon Coulibaly, a donné lecture mardi, en début d’après-midi, de la liste des membres du nouveau Gouvernement.

Composé de 36 membres dont neuf femmes, cette équipe compte huit nouvelles entrées dont quatre femmes. Ci-jointe la liste de ces personnalités:

  • Le présidente de l’Université Félix Houphouët-Boigny, professeur Bakayoko Ly Ramata, occupe désormais le fauteuil du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (auparavant occupé par Gnamien Konan, muté à la tête du Ministère de l’Habitat et du Logement Social).
  • Le magistrat Sansan Kambilé, précédemment secrétaire général du Gouvernement, a été promu Garde des Sceaux, Ministre de la Justice (en remplacement de Gnénéma Mamadou Coulibaly).
  • Le député de la commune de Gagnoa est nommé ministre des Eaux et Forêts, succédant à Mathieu Babaud Darret.
  • Mme Euphrasie Yao Kouassi, administrateur civil, spécialiste en Genre et Développement et titulaire de la Chaire UNESCO “Eau, Femmes et Pouvoir de Décisions”, fait son entrée en qualité de Ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant.
  • La directrice générale du Programme national de cohésion sociale (PNCS) et secrétaire exécutive de la Commission nationale pour la réconciliation et l’indemnisation des victimes (CONARIV), Pr Koné Mariatou, fait valoir ses compétences à la tête du département de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de l’Indemnisation des Victimes.
  • Le directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique, Koné Adama, monte comme Ministre auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances.
  • Le directeur général des Impôts, Pascal Abinan Kouakou, devient Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration.
  • Le Ministère des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques revient à Mme Paulette Badjo Ezouehu, jusqu’ici présidente de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDHCI).

(AIP)

cmas