Le vaccin anti-Ebola disponible dès mai 2016 (Feature)

Abidjan, 25 jan (AIP)- La production d’un vaccin contre la fièvre hémorragique à virus Ebola est annoncée pour le mois de mai 2016, au terme d’un accord trouvé entre l’Alliance mondiale pour les vaccins (GAVI) et le groupe pharmaceutique Merck Sharp & Dohme Corp (plus connu sous le nom MSD en dehors des Etats-Unis et du Canada).

Selon un communiqué rendu public, à l’occasion du Forum économique mondial qui s’est déroulé du 20 au 23 janvier à Davos (Suisse), l’une des deux opérations de cet accord concerne la mise à disposition de 300 000 doses de vaccin anti-Ebola pour des essais cliniques ou des cas d’urgence sanitaire.

D’un montant de cinq millions de dollars US (environ trois milliards de FCFA), l’accord prévoit par ailleurs le développement du vaccin rVSV-ZEBOV par MSD qui doit bénéficier d’une autorisation d’utilisation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), d’ici la fin de l’année 2017. Déjà des tests du vaccin effectués en 2015, en Guinée, avaient donné des résultats 100% concluants, rappelle-t-on.

“Les souffrances causées par l’épidémie d’Ebola ont été un appel au réveil pour beaucoup dans la communauté mondiale de la santé,” a déclaré Seth Berkley, président-directeur général de GAVI, cité par le communiqué.

Selon Seth Berkley, “nous devons tirer les leçons de l’impact dévastateur de la crise et nous assurer que nous sommes mieux préparés pour les épidémies de maladies infectieuses” après le plus récent décès lié à Ebola en Sierra Leone et le fait que les réservoirs d’Ebola existent encore dans ce pays.

“Le monde est encore insuffisamment préparé pour les futures menaces potentielles pour la santé et un changement de mentalité est nécessaire pour nous assurer que nous investissons aujourd’hui pour nous protéger dans les années à venir”, a-t-il ajouté.

Pour sa part, Julie Gerberding, vice-présidente de MSD,  affirme que son institution est heureuse de se joindre à GAVI pour soutenir la fourniture de ce vaccin  expérimental. “Nous applaudissons GAVI pour cette mesure audacieuse qui constitue une partie de la solution pour traiter une maladie qui a ôté tant de vies”, a-t-elle affirmé.

La fin de l’épidémie d’Ebola qui a fait, depuis décembre 2013, quelque 11 300 morts en Afrique de l’Ouest, pour environ 28 600 cas de contamination, a été annoncée le 14 janvier par l’OMS. Mais, quelques heures après cette annonce, de nouveaux cas de décès ont été signalés en Sierra Leone.

Quant à la Guinée et le Liberia, deux autres pays endémiques, ils sont maintenant dans une phase d’observation de 90 jours, après avoir passé 42 jours sans nouveau cas enregistré. A la lumière de ce qui vient de se passer en Sierra Leone, la vigilance reste de mise.

(AIP)

Amak/kp