Le programme DDR, une expérience à capitaliser (Ministre Sidi Touré)

Echange de parapheurs entre les responsables du SCAED et de la CCSR

Dabou, 16 jan (AIP) – Le ministre de la Promotion de la jeunesse, de l’Emploi des jeunes et du service civique, Sidi Tiémoko Touré, a estimé vendredi à Dabou (sud, région des Grands ponts) que le programme de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) constitue aujourd’hui une expérience à valoriser pour la réussite de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes marginalisés, sans diplôme et sans qualification.

‘’Il faut que les acquis profitent à nos structures nationales œuvrant pour tout ou partie dans la même sphère, en particulier le Service civique d’action pour l’emploi et le développement (SCAED) qui doit s’inspirer de cette expérience’’, a déclaré Sidi Touré lors de la cérémonie de signature de convention entre le SCAED et la Cellule de coordination, de suivi et de réinsertion(CCSR) qui a pris le relai de l’ex-Autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réintégration (ADDR).

Déjà par cette convention, la CCSR s’est engagée, par la voix de son coordonnateur Ago Christian, ‘’de mettre à la disposition du SCAED les infrastructures, le matériel et les compétences’’ pour réussir l’insertion durable des jeunes à risque qui est plus qu’une nécessité.

L’ex-ADDR avait en son temps permis la réinsertion de 69506 jeunes.

Le SCAED, créé par le décret 807 du 26 février 2013, a pour but de coordonner et de traiter le problème des jeunes marginaux de 18 à 30 ans en leur offrant des formations qualifiantes d’une durée minimale de 12 mois dont trois de formation civique et citoyenne dans l’un des 12 centres existant sur l’ensemble du territoire national et qui passent dorénavant sous sa coupole.

(AIP)

kkp/cmas