Le ministre de la Communication encourage l’AIP à continuer sa politique du genre

En visite à son bureau régional de Daloa, le ministre de la Communication a accordé une interview dans laquelle elle parle de la modernisation de l’AIP, de son nouveau statut  et des encouragements à la direction et aux agents afin de continuer à persévérer dans l’effort et à promouvoir la politique du genre.

Madame  le ministre,  vous venez de visiter le bureau régional de l’AIP ici, à Daloa, quelles sont vont vos impressions ?

Me Affoussiata Bamba-Lamine : Je crois que d’abord, il faut féliciter l’AIP qui fait un travail formidable. Elle collecte et donne  les informations qui sont aussi  partagées partout  avec les autres médias, notamment les médias nationaux comme les médias internationaux. C’est pourquoi, conscient du travail formidable que fait l’AIP, le président de la République a souhaité qu’elle soit modernisée dans le cadre de son statut, de ses équipements, de son fonctionnement, de sorte que l’AIP puisse fonctionner au même titre que les agences d’autres pays et j’avoue que depuis quelques années, l’AIP a pris son bâton de pèlerin et elle est visible aujourd’hui.

Peut-on affirmer que l’AIP a acquis sa notoriété ?

Me Affoussiata Bamba-Lamine : L’AIP est beaucoup citée par les autres médias, notamment la RTI  qui est de la même famille qu’elle ou  par Fraternité Matin, par les médias privés, la presse écrite privée et comme je le disais, la presse internationale. L’Agence France presse fait énormément référence à l’information retenue par l’AIP, parce que justement les informations délivrées par l’AIP sont frappées du sceau de la crédibilité. Et ça, c’est important pour nous et je pense qu’il faut continuer.

Nous avons plusieurs bureaux régionaux  et il faut continuer à couvrir toute la Côte d’Ivoire et  je pense que c’est ce que l’AIP fait, avec les  pigistes dans les départements où il n’y a  pas de bureaux régionaux. Il y a des pigistes qui couvrent toutes ces régions pour vraiment apporter les informations pour que nous puissions les exploiter.

Je vous félicite, par ailleurs, aussi vous-même, qui êtes aussi à la tête de cette agence de la région du Haut-Sassandra et du département de Daloa, parce que vous êtes la seule femme, c’est très bien et je crois qu’il faut continuer à faire la politique du genre pour qu’il y ait de plus en plus de femmes. Donc voilà, félicitation et bon courage à vous !

Le ministre de la Communication, Me Affoussiata Bamba-Lamine, en visite au bureau régional de Daloa de l'AIP

Le ministre de la Communication, Me Affoussiata Bamba-Lamine, en visite au bureau régional de Daloa de l’AIP

Quelle est la politique du gouvernement  par rapport au  repositionnement de l’AIP ? 

Me Affoussiata Bamba-Lamine: La politique du gouvernement, c’est qu’il a doté l’AIP d’un nouveau statut et vous n’êtes pas sans savoir que l’AIP est un EPN qui, à l’époque, n’était pas doté d’un conseil de gestion. Et aujourd’hui, c’est le cas. Nous avons un conseil de gestion.

Ensuite, le gouvernement étant pleinement conscient puisque c’est  sur instruction  du président de la République que l’AIP bénéfice d’un abonnement groupé qui lui permet d’avoir des ressources  lui donnant désormais la capacité de travailler davantage avec de nouveaux équipements et avec  aussi la nouvelle vision.

L’AIP commence  aussi  avoir des contrats avec différents des partenaires pour mieux se développer. Elle se dote aussi d’équipements qui lui permettront de travailler davantage. Donc vous  voyez, il y a le statut qui a changé ensuite les moyens modernes aujourd’hui qui sont à la disposition de l’AIP et nous espérons que dans quelques mois l’AIP sera considérée comme une véritable agence et elle prendra sa place comme déjà c’est le cas.

Vous relevez que le statut a changé. Mais, nous  n’avons pas encore les retombées ?

Me Affoussiata Bamba-Lamine :   Pourquoi vous n’avez pas les retombées ?

Nous n’avons pas encore les primes telles que contenues dans le nouveau statut ?

Me Affoussiata Bamba-Lamine : Non, mais les primes, ce n’est pas le plus important. D’abord les primes, je crois que vous l’avez. L’arrêté a été signé  par  le ministre du Budget et en dehors de ça, il est important que vous ayez un conseil de gestion, parce que cela vous permet d’avoir une vision et un cap.

Et  c’est en réunion du conseil que vous pouvez le décider. C’est bien d’avoir des primes, mais si vous avez les primes et que les agents ne travaillent pas, vous n’avancez pas.  Donc le plus important, c’est d’avoir le cap et d’avoir une direction. Maintenant les primes viennent après pour vous féliciter pour le travail que vous faites. Donc ne mettons pas la charrue avant les bœufs. D’abord le travail et ensuite la récompense.

Nous nous approchons des élections présidentielles. Quel est le message à l’endroit des journalistes ?

Me Affoussiata Bamba-Lamine :   C’est de pouvoir travailler dans le cadre des élections apaisées et donc  avoir les soucis de contribuer à l’apaisement du climat social. Vraiment permettre à ce que les ivoiriens puissent aller voter dans la sérénité  le candidat qui les intéresse  par rapport à  une vision, au programme, au devenir des populations et au développement. Et donc, que les journalistes puissent jouer leur partition.

ask