L’Assemblée nationale ivoirienne exige du Burkina Faso le retrait du mandat d’arrêt contre Guillaume Soro

le bureau de l'assemblée nationale lors de sa déclaration

Abidjan, 20 jan (AIP) – L’Assemblée nationale ivoirienne a, mercredi, exigé du Burkina Faso,  le retrait du mandat d’arrêt émis contre son président Guillaume Soro, s’insurgeant contre cette attitude qu’elle juge “inamicale” de la justice de ce pays voisin.

Dans un communiqué produit et transmis à l’AIP, à l’issue d’une réunion extraordinaire , le bureau de l’Assemblée nationale,  “s’indigne et condamne, avec la dernière énergie, cette attitude qui bafoue l’immunité parlementaire du président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire”, estimant que ce mandat “pourrait sacrifier sur l’autel de la politique les intérêts de deux peuples qui ont une longue tradition d’amitié et de fraternité”.

“La présidence de la République de Côte d’Ivoire s’étonne que ce document, qui vise le président de la deuxième institution de la République de Côte d’Ivoire, ait été émis au mépris des règles et des us et coutumes en la matière”, a affirmé dans un communiqué, mardi, la présidence ivoirienne, rappelle-t-on.

Le 8 janvier, la justice militaire burkinabè a émis un mandat d’arrêt international contre Guillaume Soro, le numéro deux du régime ivoirien, et a saisi Interpol. Ce mandat d’arrêt intervient dans le cadre de l’enquête sur le coup d’Etat raté du 17 septembre 2015 à Ouagadougou. Celle-ci a déjà permis d’interpeller plusieurs responsables, dont Djibril Bassolé, l’ancien ministre des Affaires étrangères burkinabè.
(AIP)
ik/akn/kam