La Représentante spéciale annonce la réduction des effectifs des troupes de l’ONUCI d’ici la fin du premier trimestre 2016

Devant le Conseil de sécurité (Ph. d'archive)

Abidjan, 14 jan (AIP)- La Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU, Aïchatou Mindaoudou, a annoncé la réduction des effectifs des troupes de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) de quelque 5 437 militaires et 1 500 policiers à 4 000 agents d’ici au 31 mars prochain.

Devant les 15 membres du Conseil de sécurité, mercredi, .à New la Représentante spéciale, se félicitant du bon déroulement du scrutin présidentiel en octobre 2015, a souhaité la poursuite du soutien des Nations Unies à la Côte d’Ivoire pour les prochaines échéances électorales qui sont, selon elle, cruciales, notamment les législatives qui “devraient engager l’ensemble de la classe politique ivoirienne, car elles constituent une opportunité pour l’opposition de participer et d’être représentée à l’Assemblée nationale, dans le cadre du libre jeu démocratique”, a ajouté Mme Mindaoudou.

Elle a souhaité “la poursuite du processus de réconciliation nationale, le renforcement du secteur de la sécurité, en particulier la réforme de l’armée et de la police, la réinsertion et la réintégration durable des ex-combattants, ainsi que l’amélioration de la situation des droits de l’homme et la justice transitionnelle constituent des défis clefs pour la Côte d’Ivoire sur le chemin d’une stabilité durable”. Aïchatou Mindaoudou encourage également le gouvernement à veiller à ce que les enquêtes menées par la Cellule spéciale d’enquête et d’instruction soient conduites à leur terme afin de créer les conditions pour juger toutes les personnes qui seront reconnues coupables d’abus et de violations graves des droits de l’homme sans préjudice de leur appartenance politique.

“La Côte d’Ivoire est la deuxième économie de l’Afrique de l’Ouest. La reprise économique est remarquable dans le pays, on peut donc fonder l’espoir que les populations ivoiriennes jouissent pleinement des dividendes de cette croissance économique. Cependant, la réconciliation nationale n’avance pas au même rythme que la reprise économique”, a-t-elle regretté devant le Conseil de sécurité réuni sur la situation en Côte d’Ivoire.

(AIP)

kp