Graine de coton / Signature d’un accord-cadre entre égreneurs et triturateurs

Jean François Touré, DGA de la SECO et Francis Tintori DG de ORHEOL (à droite)

Abidjan, 25 jan (AIP) – Les responsables des sociétés de trituration et ceux des égreneurs de coton ont signé lundi, à Abidjan, un accord-cadre d’une durée d’un an définissant les conditions générales de cession de la graine de ce produit aux industries locales de trituration au cours de la campagne cotonnière 2015-2016.

 
Dans ce document, “les deux parties comprennent et conviennent de la nécessité de favoriser l’approvisionnement des unités locales de trituration de graines de coton”, une quantité d’environ 120 000 tonnes de la production, soit 70 000 tonnes à l‘entreprise OLHEOL et 50 000 tonnes à COTRAF.

Les porte paroles des parties signataires à savoir Jean François Touré pour les égreneurs, Ghazal Ali et Francis Tintori pour les sociétés de trituration, se sont réjouis de l’aboutissement de cet accord qui va créer de nombreux emplois et augmenter la production cotonnière. Ils ont remercié tous les organes qui ont contribué à la mise en forme de cadre de partenariat.

 
Le ministre de l’Industrie et des mines, Jean Claude Brou, a salué cet accord « important » qui n’est qu’un partenariat « gagnant-gagnant » s’inscrivant dans la vision du président de la République, Alassane Ouattara, d’aller vers une « industrialisation accrue » d’une importante quantité des matières premières.

 
« Nous travaillons à la relance du secteur du textile conformément aux orientations du gouvernement. Il en sera de même pour d’autres produits comme l’hévéa, l’anacarde », a déclaré le ministre Brou, se félicitant des retombées bénéfiques de cette réforme sur des régions du Nord et du centre, spécialisées dans la cotonculture.

(AIP)

fmo/kam