Des jeunes consultés sur les mesures de réparation des préjudices causés aux victimes des crises ivoiriennes

Une vue de la séance de consultation des jeunes

Bouaké, 16 jan (AIP) – Vingt-cinq jeunes issus de 14 organisations du Réseau action, justice et paix (RAJP) ont pris part à Bouaké, à des échanges portant sur leurs expériences vécues des crises ivoiriennes, le processus de paix, la justice transitionnelle et les mesures de réparation des victimes, dans le but de recueillir d’eux des recommandations prenant en compte leurs besoins en tant que victimes.

Cette consultation a été initiée jeudi par le RAJP, avec l’appui du Centre international pour la justice transitionnelle et l’UNICEF. Elle vise à apporter une contribution aux débats en cours sur la fourniture de réparations aux victimes des crises, de sorte à amener les autorités en charges de ces questions à adapter la politique de réparation aux besoins des enfants et jeunes victimes.

Le chargé de programme au Centre international pour la justice transitionnelle, Gbéry Didier et Alexis Adou, membre fondateur du RAJP estiment qu’il est nécessaire d’attirer davantage l’attention des autorités parce qu’en général, les enfants et les jeunes victimes ne sont pas consultés directement et leurs points de vue ne sont pas pris en compte.

Mlle Adja Danielle Andréa de la Jeunesse estudiantine catholique (JEC), dont le domicile familial avait été de pillé par deux reprises en 2002 et 2008 à Bouaké, a salué l’occasion offerte aux jeunes pour s’exprimer. D’autres participants ont estimé que cela démontre qu’ils ne sont pas oubliés, mais ils ont souhaité la prise en compte de leurs recommandations.

(AIP)

nbf/cmas