Divo : la préfecture n’a pas été saisie de la démolition de la clôture du collège Akonda (secrétaire général)

Divo, 4 janv (AIP) – Les autorités préfectorales de Divo n’ont pas été préalablement informées de la décision de démolir la clôture du collège privé Akonda, a appris l’AIP lundi, en marge d’une réunion de crise entre les élèves de l’établissement, qui ont manifesté ce lundi contre cette action municipale, et les deux secrétaires généraux de préfecture.

« Pour le cas d’Akonda, on n’a pas reçu de courrier de la mairie; on n’a pas été informé contrairement aux déguerpissements précédents, notamment le djassa et la gare de Guitry », a affirmé le secrétaire général 2, Abo Kouamé.

« Le préfet n’a pas été saisi de cette action et nous allons nous y rendre  pour constater les dégâts; (…) les décisions seront prises », a-t-il poursuivi.

Il a invité les responsables du collège Akonda à entrer en contact avec le préfet de région, afin qu’une solution idoine soit trouvée à la crise qui les opposent à la mairie de Divo au sujet de la propriété de 8 hectares de terrain.

Le site de 8 hectares sur lequel est bâti le collège Akonda de Divo fait l’objet d’un litige foncier entre la famille Brevet, détentrice d’un titre foncier sur le site et la mairie qui en revendique aussi la propriété. S’opposant à toute activité sur la parcelle, cette administration a détruit la clôture du collège dont les dirigeants affirment que ladite parcelle leur a été cédée par la famille Brevet.

Plusieurs élèves de l’école ont manifesté dans les rues de la ville dans la matinée de lundi, pour protester contre ce fait, et réclamer la reconstruction de la clôture de leur établissement.

Cette opération de démolition par la mairie est la deuxième du genre au niveau du même collège, après une première qui avait vu la destruction d’un bâtiment de quatre salles de classe.

(AIP)

gso/akn/tm