CPI-Procès Gbagbo/Blé Goudé : La représentante des victimes relève un “caractère systématique et généralisé” des crimes

Abidjan, 29 jan (AIP)- Me Paolina Massidda, représentante des victimes dans le procès de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, et de l’ex-leader des “jeunes patriotes”, Charles Blé Goudé, devant la Cour pénale internationale (CPI), a relevé un “caractère systématique et généralisé” des crimes commis durant la crise postélectorale ivoirienne de 2010-2011, pour lesquels les accusés sont poursuivis.

Selon Me Massidda qui représente 726 victimes dans cette affaire, les crimes imputés par l’accusation à MM. Gbagbo et Blé Goudé sont “systématiques”, dans la mesure où “un système efficace, bien rodé depuis des années et simple à appliquer” a été mis en place par les prévenus pour commettre ces actes.

 

“Le contrôle de la rue était utilisé comme armes de conquête ou de conservation du pouvoir” dans une dynamique de stratégie avec des barrages, des pillages et des attaques ciblées”, a expliqué Me Massida qui livrait sa déclaration liminaire d’ouverture de procès.

 

Les crimes étaient “généralisés” car ils se commettaient sur les personnes de tout âge et tout sexe, “sans limite et sans égard”, a ajouté Me Massidda, espérant que les victimes auront réparation au terme de ce procès qui leur permettra de faire connaitre leurs histoires au monde.

Les victimes témoigneront “à travers les récits de leurs histoires et les préjudices qu’elles ont subi”, “pour que les crimes et les horreurs ne puissent plus se commettre en Côte d’Ivoire”, a-t-elle dit, réclamant réparation pour toutes les victimes.

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, qui ont plaidé “non coupable” à l’ouverture du procès, sont poursuivis pour quatre chefs de crimes contre l’humanité, à savoir le meurtre, le viol, l’atteinte grave et la persécution, commis à Abidjan à la suite des élections présidentielles qui se sont tenues en Côte d’Ivoire en 2010. Cette crise, rappelle-t-on, est née du refus de Laurent Gbagbo, après sa défaite à l’élection, de céder le pouvoir au vainqueur Alassane Ouattara.

(AIP)

tm