Côte d’Ivoire-AIP/Musique : Général Tchefary prône en single des « Elections sans sang »  

Le reggaeman ivoirien Général Tchèfari sensibilise à des "Elections sans sang" en Côte d'Ivoire à travers un single

Abidjan, 08 sept (AIP)- « Donne-moi des urnes et non des armes, donne-moi des bulletins et non des balles… je veux voter, je ne veux pas tuer…. je ne veux pas mourir» : avec un verbe franc porté par une belle mélodie, le reggaeman ivoirien Général Tchefary lance depuis les USA, à travers un single intitulé « Elections sans sang »,  un appel à des « élections sans violences» en Côte d’Ivoire.

« Koni damina na tougouni (Et ça recommence ! ) », entonne à répétition l’artiste en refrain, en langue Malinké. De quoi exprimer tout la crainte que lui inspire un remake des années de crises socio-politiques dans son pays avec les élections générales qui pointent à l’horizon.

Cet album «ne soutient aucun camp politique. C’est un bien patriotique, une chanson faite par l’ivoirien pour l’ivoirien. Un bien commun, une chanson pour les pro-Côte d’Ivoire, pour les amoureux de la paix, de la stabilité et de la cohésion sociale », tient-il à préciser dans une note transmise le mardi 08 septembre 2020 à l’AIP.

Le tube en lui-même, qui réconcilie les mélomanes avec le reggae rock des années 80-90, mais rythmé en cadence par une parfaite guitare basse, est une véritable exhortation à la retenue face aux « manipulations politiciennes ».

« Djaaa le jeune chrétien-là, c’est mon frère ; la go musulmane-là, c’est ma sœur ; le jeune bouddhiste, c’est aussi mon frère », fredonne Tchêfary de sa voix vibrante, estimant que « notre bien le plus précieux reste l’unité nationale ».

Le chanteur ivoirien qui réside depuis quelques années à Tucson aux Etats-Unis, dit vouloir dans cette chanson exprimer tout son attachement à sa mère patrie la Côte d’Ivoire; Un pays qui vient de se remettre d’une grave crise postélectorale intervenue en 2010-2011, et « qui n’a pas le droit de trébucher à nouveau ».

« Moi, quand je vois un Ivoirien, je vois un frère. Peu importe sa région ou sa religion, il est mon frère », affirme l’artiste.

« Elections sans sang » de Général Tchèfary est soutenu par un clip vidéo disponible en libre accès sur le net.

(AIP)

tm