Côte d’Ivoire-AIP/ Les populations de Bouaké exhortées à dénoncer les cas de violences basées sur le genre

Le complexe socio-éducatif de Koko a servi de cadre à cette séance de sensibilisation sur les VBG

Bouaké, 30 nov 2020 (AIP)- Les populations de la ville de Bouaké ont été exhortées à briser le silence pour dénoncer les cas de violences basées sur le genre (VBG) au cours d’une séance de sensibilisation lundi 30 novembre 2020 au complexe socio-éducatif de Koko à l’initiative du comité national de lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants (CNLVFE).

Cette séance de sensibilisation, qui s’inscrivait dans le cadre des 16 jours d’activisme pour mettre fin aux violences faites aux femmes, a été l’occasion de vulgariser la circulaire interministérielle relative à la réception des plaintes consécutives aux violences basées sur le genre.

« Désormais, dans les tribunaux, dans les brigades de gendarmerie et dans les commissariats de police, les plaintes sont recevables même sans le certificat médical », a indiqué le responsable du service mobilisation et communication du CNLVFE, Koffi Socrate, pour qui ce document constituait un véritable frein pour bon nombre de victimes des VBG qui n’arrivaient pas à s’acquitter des 50 000 FCFA de frais afférents.

Ce dernier a donc invité les chefs de communautés, les guides religieux et les leaders d’associations de femmes conviés à cette séance de sensibilisation à relayer cette information auprès de l’ensemble des populations afin que celles-ci puissent agir contre les VBG en portant plainte.

« Désormais, c’est tolérance zéro contre les VBG », a fait savoir M. Koffi, invitant les populations à s’orienter également vers les cliniques juridiques pour dénoncer tous les cas de VBG ou à appeler le numéro vert d’assistance conseil et de prise en charge, en l’occurrence, le 1308.

(AIP)

rkk