Cet article a été publié le: 14/12/20 16:40 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le président Ouattara met fin aux cotisations litigieuses des frais de COGES

Abidjan, 14 déc 2020 (AIP)- Le président Alassane Ouattara a annoncé, lundi 14 décembre 2020, la fin des cotisations consenties par les parents d’élèves au profit des Comités de gestion des établissements scolaires pour divers travaux au sein des écoles publiques du primaire et du secondaire.

« La priorité de notre action sera centrée sur l’éducation, la formation et l’emploi des jeunes. Je réaffirme mon engagement en faveur de l’école obligatoire et la gratuité de l’école publique pour les enfants de 6 à 16 ans. Afin de lever tous les obstacles à la mise en œuvre complète de cet engagement, j’ai décidé que, pour compter de janvier 2021, le Gouvernement et les collectivités locales prendront en charge les frais des Comités de gestion des établissements scolaires, jusque-là supportés par les parents d’élèves dans le Primaire et le Secondaire », a déclaré M. Ouattara, lors de la cérémonie de sa prestation officielle de serment au Palais de présidence.

Le décret de 2012 instituant les COGES leur assigne pour missions l’entretien courant des bâtiments, des équipements et la sauvegarde du patrimoine et de l’environnement, l’encadrement civique et moral des élèves et stagiaires, l’appui aux activités socio-éducatives, l’évolution des effectifs des élèves et du personnel, l’appui aux activités pédagogiques.

Le COGES contribue à la résolution du problème lié au déficit en enseignants et formateurs, aide à la promotion de l’installation des cantines scolaires et contribue à leur fonctionnement, œuvre pour l’hygiène et la santé en milieu scolaire, assure le suivi de la gestion des manuels scolaires, recouvre et gère  toutes les ressources financières de l’établissement autres que le budget de l’Etat.

Dans ses missions, le COGES est aussi chargé de gérer, pour le compte de l’établissement, les fonds générés par les activités génératrices de revenus qu’il initie, d’aider à lutter contre la violence et la tricherie à l’école et d’assister les autorités de l’établissement dans la gestion des crises.

Les parents d’élèves reprochent l’opacité de la gestion des fonds générés et les coûts fluctuants d’un établissement à l’autre, qu’ils jugent exorbitants. Toutefois, les comités étant constitués des parents, ce sont eux qui fixaient les coûts des cotisations lors des assembles et réunions.

(AIP)

aaa/tm