Côte d’Ivoire-AIP/ Covid-19 : L’ESEF souhaite la réorganisation du convoyage du personnel du secteur Education-Formation dans le grand Abidjan

Covid-19 :vLa réorganisation du convoyage gratuit du personnel du secteur Education Formation encore bloqué dans le grand Abidjan souhaitée

Songon, 31 mai (AIP) L’Entente syndicale du secteur Education-formation (ESEF), par la voix de son porte-parole, Arnaud Boka, souhaite que le gouvernement réorganise un convoyage gratuit du personnel du secteur Education-formation encore bloqué dans le grand Abidjan.

Ce plaidoyer a été fait samedi lors d’une conférence de presse animée au siège de l’entente syndicale à Yopougon Agbayaté, suite à une enquête minutieuse menée sur le terrain par ses représentants locaux.

“Pour ce qui est du convoyage de la population estimée à 18.000 individus vers l’intérieur du pays, il s’est déroulé dans une cacophonie et un cafouillage avec des titres de transport qui sont passés du simple au double. Et certains enseignants ont dû recourir à des convois clandestins de sortie du grand Abidjan comme a pu constater le ministère de la sécurité”, a souligné M. Boka.

Il a ajouté qu’à ce jour, de nombreux enseignants et élèves restent bloqués dans le grand Abidjan.

L’Entente syndicale du secteur Education-formation déplore également l’insuffisance de dispositifs de lavage de mains dans de nombreux établissements scolaires du pays.

“Plusieurs établissements attendent leurs dotations comme c’est le cas des établissements de Bonoua où seuls les enseignants ont reçu trois masques chacun le lundi de la reprise des cours. Les masques offerts par le gouvernement ne sont toujours pas parvenus à certains établissements à San Pedro. Le constat est amer à Dimbokro, car aucune disposition n’est prise pour assurer le lavage des mains et la distanciation. A Daloa, les enseignants se plaignent de l’absence des mesures barrières”, a indiqué son porte-parole, Arnaud Boka.

Face à ce constat, l’entente syndicale souhaite la dotation, dans un bref délai, de toutes les écoles en kits sanitaires et autres dispositifs de lavage des mains. “Si la situation ne trouve pas une solution idoine dans les meilleurs délais, l’Entente syndicale de l’Éducation-Formation se réserve le droit d’appeler à un boycott général de cette reprise des classes”, a prévenu son porte-parole.

(AIP)

tg/ako/kp