Abengourou, la « cité royale de la paix », envahie par la poussière avec l’harmattan

Un jeune vendeur de cache nez en pleine activité dans les rues d'Abengourou

Abengourou, 1er jan (AIP)- Abengourou, la « cité royale de la paix » est envahi depuis ces dernières semaines par la poussière, avec l’arrivée de l’harmattan, a constaté l’AIP.

L’harmattan, ce vent chaud et sec, qui souffle sur cette ville entraine avec lui un nuage de poussière occasionné par le ballet incessant des véhicules. Cette situation s’est aggravée avec la suspension des travaux de réhabilitation des rues juste après l’enlèvement des morceaux de bitumes, pour cause de congé annuel des travailleurs de l’entreprise en charge du chantier.

L’arrosage de ces rues dénudées et l’érection de dos d’âne pour empêcher les véhicules de rouler à vive allure ne suffisent pas à réduire les fines particules de poussière. Ce qui qui accroît la souffrance des populations qui suffoquent presque en respirant ce vent poussiéreux. Beaucoup parmi elles trouvent leur salut en se bouchant les narines à l’aide d’un cache nez. Le commerce de cet objet de déguisement est devenu très fleurissant aujourd’hui tant le nombre de demandeurs s’accroît chaque jour.

Cette situation, qui augmente naturellement les risques de maladies respiratoires telles que les bronchites et la grippe, a amené l’antenne locale de l’institut national d’hygiène publique (INHP) à initier une opération de vaccination contre la fièvre jaune, la fièvre typhoïde et la méningite. Cette initiative connait du reste beaucoup de succès en raison de la forte menace de ces maladies qui plane sur la population dans son ensemble et particulièrement sur les enfants.

(AIP)

rkk/tm